Le sentiment de vide chronique est difficilement descriptible.  Ce sentiment crée un vide intérieur menant à une lassitude face à la vie, et menant au désir de mourir. La personne perd alors tout intérêt à poursuivre sa vie, même si cette personne possède tout ce dont elle désirait (maison, enfant, conjoint, travail valorisant, etc.). Viens ensuite le désir de mettre fin à ce vide par la surconsommation, l’automutilation ou les gestes suicidaires. La surconsommation permet habituellement d’engourdir le mal, tandis que l’automutilation permet de revenir instantanément dans le moment présent et d’exprimer le mal intérieur. Quant aux gestes suicidaires, ils permettent également d’exprimer et d’extérioriser le mal intérieur, ou tout simplement de mettre fin à ce mal-être.

Le sentiment de vide chronique peut générer beaucoup d’émotions chez la personne atteinte d’un TPL. Face au vide intérieur, la personne peut ressentir de la colère, de la tristesse, du désarroi, du découragement. C’est un peu comme si tous les organes internent avaient disparus pour faire place à un immense vide incomblable. Plus rien n’a d’intérêt; ni le passé, ni le futur, pas même le présent.