L’anxiété, chez une personne atteinte d’un trouble de la personnalité limite, peut générer et amplifier la peur. Cette émotion communique un danger réel ou non. Il peut s’agir de peurs sociales, comme la peur d’être abandonné par ceux que nous aimons, la peur du rejet, l’agoraphobie, etc.; ou il peut s’agir de peurs spécifiques comme les peurs associées au paranormal par exemple. La peur devient un handicape lorsque qu’elle empêche une personne de bien fonctionner et si elle n’est pas gérée adéquatement. En effet, une personne peut éviter certaines situations, gens ou endroits. Par exemple, une personne peut éviter de se retrouver dans des endroits publics, de voir certaines personnes, de faire certains genres d’activités sociales. Une personne peut également éviter certains endroits spécifiques, objets ou certaines activités en lien avec des peurs spécifiques. Une personne peut éviter d’aller au sous-sol ou dans une certaine pièce de la maison, ou peut éviter de se regarder dans un miroir, de peur de voir des spectres par exemple. La peur peut causer plusieurs symptômes physiques. Ces symptômes peuvent inclure des frissons, des sueurs, un étourdissement, un bourdonnement d’oreille, une vision floue, une rigidité musculaire, des tremblements, un serrement de poitrine et la déréalisation. La peur, lorsqu’elle devient un handicape, peut, dans une certaine limite, être contrôlée par la prise d’un antipsychotique. Cependant, le meilleur moyen pour gérer la peur est de diminuer le niveau d’anxiété général, par des exercices de relaxation ou de respiration par exemple.