Intériorisation : Représente la propension de vivre des humeurs unipolaires et des désordres relatifs à l’anxiété, tels la dépression majeure, les troubles anxieux généralisés, les trouble de panique et les phobie spécifiques et sociales. Ce sont des troubles de détresse et de peurs qui peuvent se traduire également par des troubles de somatisation, des sentiments dépressifs et anxieux et une tendance au retrait social.

Extériorisation : Représente la propension de vivre des troubles de désinhibition tels les troubles de consommation, les troubles de personnalité antisociales, et les troubles de comportement. L’extériorisation est associée à l’agressivité et aux comportements délinquants.

Contrairement à plusieurs autres troubles, les symptômes associés au trouble de personnalité limite intègrent les deux dimensions, soit l'intériorisation et l'extériorisation. Les critères diagnostiques comme l’instabilité affective due à une réactivité de l’humeur semblent relever plus de la dimension d’intériorisation, alors que les autres critères diagnostiques comme l’impulsivité et les colères intenses et inappropriées relèvent plus de la dimension d’extériorisation.

De ce fait, le trouble de personnalité limite peut être considéré comme une convergence des dimensions d’intériorisation et d’extériorisation et est conceptualisé comme un trouble de détresse et d’extériorisation.

Bien-sûr les personnes atteintes d’un trouble de personnalité limite peuvent présentés plus de symptômes associés à l’une ou l’autre des deux dimensions, mais à la base, le trouble de personnalité limite est représenté par les deux dimensions à la fois.